Infolettre – 14e édition

L’infolettre de Système B

Salut! Bienvenue dans cette quatorzième infolettre Système B ! Revoilà donc des nouvelles pratiques, sympas, utiles, sur tout ce qu’il se passe du côté de ta coopérative bio, éthique et préférée. Quelques infos d’abord en lien avec ce qui a changé nos vies à toutes et à tous dernièrement. A cette occasion, nous avons donné carte blanche à Alessandra pour qu’elle réalise plusieurs dessins sur le sujet, à retrouver en début et en fin d’infolettre. Bonne lecture et à bientôt DEVANT, et nous l’espérons le plus rapidement possible DANS, l’épicerie.


On s’adapte au coronavirus

Toute la Suisse est désormais en état de nécessité, et nous luttons toutes et tous ensemble contre la propagation du virus.

Système B a décidé de prendre des mesures particulières. Nos priorités: protéger l’ensemble de nos membres, participer aux efforts individuels et collectifs pour contrer la propagation du virus et continuer à approvisionner les coopérateurs et coopératrices qui le souhaitent.

Pour cela, nous avons instauré un nouveau mode de fonctionnement. Nous comptons d’ores et déjà sur la compréhension et la solidarité de toutes et tous: en cette période exceptionnelle, restons raisonnables lors des achats car les approvisionnements resteront habituels.

Vous trouverez l’ensemble des détails du fonctionnement et des explications sur le site internet.


Du chocolat en veux-tu en voilà

Violaine du groupe Prod a déniché un magnifique producteur de chocolat « De la fève à la tablette » (= « Bean to Bar ») : Yêrê. « Bean to Bar », qu’est-ce que c’est ? Cet anglicisme désigne ces nouveaux et rares artisans qui transforment eux-mêmes la fève pour arriver jusqu’au produit fini.

Une transformation en Côte d’Ivoire et le finissage en France

Alors que la Côte d’Ivoire est le premier producteur de cacao, ses fèves sont quasi exclusivement achetées par les multinationales du chocolat et toute la transformation se fait dans des usines en Europe. L’idée de Yêrê est de favoriser une transformation locale afin d’apporter une plus-value pour l’économie locale et créer des emplois.

En Côte d’Ivoire, Yêrê :

  • achète les fèves de cacao bio cultivé en agro-écologie à une Société Coopérative Equitable du Bandama au prix juste qu’ils ont eux-mêmes fixé,
  • transforme les fèves en masse de cacao par les opération de torréfaction, décorticage et broyage,
  • ajoute du sucre de canne de Côte d’Ivoire pour obtenir le chocolat.

Après un transport par bateau, le chocolat arrive en France dans un tout petit atelier à Glandage dans la Drôme pour être tempéré et emballé. Le tempérage est le procédé qui consiste à faire fondre puis mouler le chocolat permet de donner au chocolat une apparence plus jolie (brillant) et une consistance en bouche plus agréable. Plus de détails dans cet article !

Un chocolat rustique, éthique, écolo mais pas 100% bio

Le chocolat Yêrê est dit rustique car il est moulu plus grossièrement avec des machines agricoles locales destinées à broyer d’autres aliments. Ce grain plus grossier lui donne une consistance originale en bouche. Il est moins gras que les chocolats ordinaires car ne contient ni beurre de cacao ni lécithine de soja. Le sucre utilisé est de Côte d’Ivoire pour privilégier un produit local, quoique conventionnel, car il n’y a pas de culture de sucre bio dans ce pays. C’est pourquoi le produit final n’est pas labellisé bio. A relever que l’emballage est sans plastique ni alu mais avec du carton et du papier cristal.Et le prix ?

Ce chocolat a un prix supérieur aux autres chocolats vendus à Système B mais il se trouve que la comparaison est biaisée, notamment par une différence au niveau des ingrédients :

  • utilisation exclusive de fèves de cacao, sucre et fruits secs (et aucun beurre de cacao, vanille, vanilline ou encore lécithine de soja, contrairement aux autres fabricants) ;
  • cacao acheté environ 2 fois plus cher aux producteurs que le prix du marché conventionnel ;
  • activité unique de Yêrê selon l’appellation « Bean to Bar » (alors que les chocolats vendus actuellement le sont par l’intermédiaire d’un grossiste qui peut proposer des prix plus attractifs).

L’assortiment à Système B

Tu pourras déguster à Système B :

  • une gamme chocolat noir : 75% de fèves de cacao, 25% de sucre de canne, avec des épices ou fruits secs / confits (en provenance de Côte d’Ivoire si dispo ou des fournisseurs Damiano ou Jean Hervé)
  • une gamme praliné (sans lait !) : 35% de fèves de cacao, 35% de fruit sec, 30% de sucre maximum, fleur de sel ou huile essentielle d’amande amère.
  • Yêrê ne propose ni chocolat au lait, ni chocolat blanc, ni poudre de cacao (qui consiste à dégraisser la masse de cacao).

Mais Yêrê vend aussi des maxi tablettes de 900g de chocolat noir 75% pour la pâtisserie ou les chocolats chauds par exemple, de la masse de cacao brute et fêves de cacao crues torréfiées. Peut-être que tu en trouveras dans ton épicerie préférée prochainement ! Pour cela, donne ton avis dans le sondage ci-dessous 😊

Tu as déjà testé ce chocolat ? Alors donne ton avis !

A Système B, la place est rare… Le groupe Prod veut être sûr de commander les produits que tu aimes et aux plus justes quantités. Il serait ravi d’avoir ton avis sur ce nouveau produit 😊 Merci beaucoup de ton aide et de ta participation à ce sondage ! Tu peux répondre au magasin ou directement en ligne : https://forms.gle/xYCFvkJdJ3Uu2jkS6


SONDAGE : et si on parlait fromage ?

Soucieux de te proposer des fromages qui ravissent tes papilles gustatives, le groupe produits frais serait heureux de connaître ton avis.
Pour cela, on aimerait te demander de nous faire part de tes expériences positives et négatives.
Quels sont les fromages qui ne t’ont jamais déçus et que tu ne voudrais pas voir disparaître? Quels sont ceux, au contraire, que tu as dû te forcer à manger et que tu n’achèterais plus jamais? Pour cela, un sondage papier en magasin ou en ligne t’attend : https://forms.gle/9PzpaWFV1mLJHZjP8
Un tout grand merci de ton retour !!


Rage de Vert cherche enragés des paniers

Notre partenaire Rage de Vert lance un appel à toutes celles et ceux qui seraient intéressé-e-s à s’inscrire à l’offre d’abonnement pour des paniers à domicile. Retrouvez toutes les infos ici: https://www.ragedevert.ch/


Tout, tout, tout vous saurez tout sur le lait de Système B !

Comme vous le savez, le lait cru que nous vendons chez Système-B provient de la ferme de Danielle Rouiller. Je voudrais vous parler de la conservation du lait, car j’ai été un peu perdue au début.
En effet, l’étiquette indique une date de péremption qui suit les directives du Service de la santé publique de Neuchâtel. Cette date est de 3 jours après la mise en bouteille, ensuite, il nous est interdit de le vendre. Pourtant le lait se garde bien plus longtemps.
Il est vrai que le lait devrait être consommé rapidement, car c’est un aliment vivant qui contient un grand nombre de probiotiques bénéfiques pour notre flore intestinale. Cependant, avant d’être consommé, le lait doit impérativement être chauffé à 70°C, afin d’éliminer tous les germes pathogènes. À cette température, le lait reste encore vivant et garde tous ses bienfaits. Il doit être conservé au frigo dans une bouteille ouverte afin qu’il puisse respirer. Vous pouvez garder le lait sans problème une semaine.

Vous n’avez pas eu le temps de vous occuper de votre lait ?

Qu’à cela ne tienne une bouteille non ouverte se garde au frigo, au minimum 1 semaine. Après ouverture, vous le chauffez (au minimum à 70°C) et vous le consommez rapidement.

Vous aimez utiliser de la crème pour vos desserts, pour affiner une soupe, une sauce, ou pour réaliser un gratin?

Le lait cru de Danielle Rouiller est entier, vous pouvez en récupérer une crème de qualité. Pour cela, laissez reposer votre bouteille de lait une journée au frigo, puis regardez la bouteille, deux éléments se séparent, la crème flotte sur le lait. Vous pouvez la prélever. Vous devez, cependant, comme pour le lait la chauffer à 70°C.

Avez-vous déjà fait vos propres yahourts? Non? Vous avez envie d’essayer?

Ce n’est pas compliqué. Voici la marche à suivre :

  • Vous chauffez le lait à une température entre 80° et 90°C, il est primordial de pasteuriser le lait, d’une part la pasteurisation a une action sur la caséine (la protéine du lait), ce qui permet la coagulation du lait et, d’autre part, elle élimine des bactéries qui pourraient entrer en concurrence avec le ferment destiné à réaliser vos yoghourts.
  • Ensuite, vous laissez la température descendre entre 50° et 60°C. Cette fourchette de température est importante, une température plus élevée détruit le ferment et à une température plus basse, les ferments ne sont plus actifs. C’est à ce moment que vous allez ensemencer le lait avec 3 c.à.c. par litre de lait de yaourt frais, c’est-à-dire de moins de 6 jours (pour assurer la pérennisation du ferment), ou avec un ferment acheté en pharmacie.
  • Brassez bien la préparation, puis versez la dans des pots. Sans tarder, vous mettez vos pots dans un récipient et vous la recouvrez d’une couverture pour maintenir une certaine chaleur.
  • Vous attendez au minimum 3 heures. Plus vous laissez vos yaourts longtemps, plus ils seront fermes et acides (ils auront également moins de lactose). Puis vous les placez immédiatement dans le frigo afin de couper la fermentation et les conserver.
  • Vous pouvez les aromatiser à votre convenance avec de la confiture, du sirop, du miel, des fruits, etc. Bon appétit!
  • Et vous pourrez réutiliser un de vos yaourts pour votre prochaine fournée 🙂

Si vous avez des questions, vous pouvez sans autre prendre contact avec Ana via e-mail.


Nota bene : visite du 4 juin reportée

Notez que malheureusement la visite à la ferme Comtesse prévue 4 juin est reportée en raison du confinement.


Les recettes de Véronique : apéro de printemps

Avez-vous eu le temps de sentir le parfum délicat des premières jonquilles ?

Et que peut-on faire au printemps ?…. une petite détox ? Je vous propose de la faire en apéro, ça vous dit ? Pour les personnes qui possèdent un extracteur de jus ou une centrifugeuse :

Voici le top 5 des apéro-jus-vivifiants et détoxifiants !

  • Concombre, pomme, céleri, persil
  • Pomme, kiwi, céleri
  • Chou kale, fenouil
  • Pomme, épinards, ananas, gingembre
  • Pomme (ou raisin blanc), roquette, cardamome

Trucs et astuces

  • Vu que les fruits et légumes de notre coopérative préférée ne sont pas traités, conserver la peau. Ainsi, encore moins de travail et plus de vitamines et minéraux !
  • Préférable de commencer par un morceau de végétal juteux, alternez avec les fibreux, les herbettes… et terminer par la plus grande partie des juteux. On perd ainsi nettement moins de matière.
  • Rajoutez des épices anti-oxydantes (un peu !) ou des herbettes fraîches… si vous n’appréciez pas le goût de certains légumes ou si vous voulez vous mettre davantage en appétit (cannelle, clou de girofle, graines de coriandre, curcuma, poivre)
  • Ajuster le goût de l’apéro à votre convenance avec du jus de citron
  • Idéal de les faire à la dernière minute. Si pas possible, les conserver au frais immédiatement, à l’abri de la lumière et de l’air

A votre santé et vive le printemps !


Bonus : recette de biscuit “Zero Waste”

En bonus, voici Elsa qui nous propose une recette de biscuit à la noix de coco sans déchets, cru, sans sucre ni cuisson !

Temps de préparation 20min

  • Deux heures avant : couper fin 4 figues séchées et 4 dattes et laisser tremper dans un peu de jus d’oranges de manière à ce qu’il soit complètement absorbé par les fruits secs
  • Battre deux blancs d’œufs, y incorporer une pincée de sel, le zeste d’une orange bio, des graines de nigelle, les fruits secs trempés, puis 150g de copeaux de noix de coco
  • Pousser un peu de masse dans une cuillère et poser le biscuit sur un filet ou un tissu.
  • Laisser sécher les biscuits sur le radiateur pendant 2 jours environ, jusqu’à ce que les biscuits soient croquants et encore mous à l’intérieur. Ne pas fermer la boîte !

Variantes :

  • Raisins secs trempés dans du rhum
  • Mangues et tous les autres fruits secs
  • Bananes mûres
  • Jus et zeste de citron
  • Vanille
  • Coriandre
  • Poivre noir


Voilà, bon appétit, santé, et à la prochaine ! Prenez soin de vous ! Restez si possible chez vous ! N’oubliez pas d’envoyer des ondes positives à l’univers pour qu’un monde meilleur se propose à nous une fois ce confinement terminé !

Ont notamment participé à l’élaboration de cette infolettre: Nando, Véronique, Alessandra, Sabrina, Gladys, Agathe, Ana, Elsa, Gina et alii!

Défiler vers le haut